ARTICLES, French

S’adapter

Voilà, cela fait bientôt 1 mois  que je vis à Riga en Lettonie et une année j’y resterai. Je fais un service volontaire européen pour une ONG lettone qui s’appelle Baltic Regional Fund. Je vais tenir ce blog durant toute cette folle année parce que je pense que cela peut apporter des informations intéressantes. Vous comprendrez que j’écris de manière très spontanée. Tout ce qui me traverse l’esprit, je l’écris, sans filtres. Je ne veux en aucun cas blesser quelqu’un et je m’excuse par avance si je le fais. Sachez que je suis quelqu’un qui ne porte jamais de jugement de valeur, et est très ouvert d’esprit. Je vous donne simplement mon ressenti a un instant t. Mon avis a finalement peu d’importance puisqu’il est très subjectif. Je suis un citoyen comme les autres qui éprouve des émotions.

Pour finir l’introduction de ce blog, il est important de vous signaler que j’aime particulièrement m’immerger dans d’autres cultures, car je pense qu’on a a apprendre de chacune d’entre elles. Et toute nation, toute culture, toute ethnie a ses qualités et défauts. Une culture ne peut être supérieure à une autre, elle est juste différente. Il n y a pas d’échelle de valeurs ou de niveaux entre les civilisations. J’essaye donc, autour de moi, de prôner la tolérance entre les peuples afin de vivre dans un monde sans guerre.

Maintenant, je vais vous donner mes premiers ressentis en Lettonie. Je commence par mes difficultés rencontrées parce que je souhaite vous parler de la notion de choc culturel. Donc malheureusement cela ne met pas forcement en valeur les lettons, mais mon intention est ici de vous montrer le processus d’adaptation a la différence, que tout étranger peut mettre en place. Je vous promets que j’écrirai des articles plus positifs à l’avenir car j’en ai déjà pas mal a vous conter …!

En 1 mois, j’ai déjà rencontre beaucoup de lettons : mes collègues, les jeunes bénévoles de l’ONG, des personnes dans les bars, et des seniors dans les transports en commun. Et ce que je peux déjà vous dire, c’est qu’ils sont très différents des français. Le stéréotype selon lequel ils seraient froids est assez vrai. Par exemple, ils se disent rarement bonjour, ne demandent pas comment on se sent. Les lettons semblent assez timides et introvertis. Bien sûr, j’ai rencontré quelques personnes qui n’agissent pas de cette manière, mais pour la plupart.. Beaucoup de personnes ici m’ont dit qu’il fallait “casser le mur”, c’est-à-dire qu’il faut établir une relation de confiance, qui prend donc quelque temps et une fois celle-ci établie, tout change. 1 mois est donc un délai trop court pour vous parler de telles relations même si je commence à percevoir quelques changements…

Une chose est sure : je ressens bien un choc culturel ici. Plus fort qu’au Pays de Galles (ou j’y ai vécu un an) et plus probant qu’en Pologne (ou j’y ai vécu pendant 6 mois). Ce choc est dû à la confrontation entre ma personnalité, ma culture et la culture lettone, ses personnalités. Commençons par le pays et ses généralités (attention une généralité n’est jamais la vérité, mais l’essai de trouver une tendance) : mon pays ‘produit’ des citoyens pour qui le premier contact est très important. Nous commençons toujours par nous faire la bise ou se serrer la main et on se demande comment nous allons. Nous nous présentons si nous ne nous connaissons pas. En général, nous essayons de mettre à l’aise nos interlocuteurs. Pour la plupart, nous sommes fiers d’être français. Nous avons donc pas mal d’estime pour nous-mêmes. On se sent rapidement à l’aise dans les relations avec autrui. Cette facilite à se confronter aux autres, tout en montrant une certaine assurance peut en déconcerter plus d’un. Et c’est là ou justement il peut y avoir un choc de cultures.

Ancienne clinique abandonnée. Lettonie. 2017. TW.

Ce choc doit amener une réflexion pour les personnes qui le vivent. Et il parait sein de se remettre en question à ce moment-là. Je perçois bien qu’il y a une grande différence entre eux et moi. Devrais-je m’adapter à eux ou devraient-ils s’adapter à moi ? Etant dans leur pays, c’est à moi de m’adapter, cela parait évident. Mais dois-je pour autant changer de personnalité ? Ok, je peux faire des efforts sur quelques points, mais il semble impossible de me changer comme ça en un claquement de doigt. Ils doivent aussi accepter qui je suis. Mais alors où est la barrière, la frontière entre mon adaptation à eux et leur adaptation à moi ? Je pense que c’est un curseur, une balance à trouver ensemble et qui va prendre encore quelques semaines. Les ajustements seront implicites ou explicites, tout dépendra de la manière choisie avec chacun. Ainsi, pour les lettons, il devrait être agréable de travailler et vivre avec moi. Et moi, il devrait être plus aisé d’évoluer au sein de cette société qui m’est totalement nouvelle. S’adapter et « se faire adopter » par cette nouvelle culture est, selon moi, la clef de la réussite d’un long séjour en dehors de chez soi…

16797991_10211771853834475_8335280441134987483_o

S’adapter et « se faire adopter » par cette nouvelle culture est, selon moi, la clef de la réussite d’un long séjour en dehors de chez soi…

Thomas S.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s