ARTICLES, French

Au fait, j’vous ai pas raconté !… La Russie

Désolé pour la syntaxe je ne suis pas écrivain. Désolé pour mon point de vue je ne suis pas un intellectuel. Mais je pense quand même avoir quelque chose d’intéressant à vous raconter!

 

Le mois dernier (Septembre), je suis parti 10 jours en Russie, pour la première fois de ma vie. Plus précisément à Moscou et Saint Pétersbourg, les deux villes les plus peuplés du pays (avec respectivement 12 et 5 millions d’habitants). Certains médisants diront que ces 2 villes ne reflètent pas la réalité sociologique de la nation. Toujours est-il que pour moi, ces 2 villes représentent la Russie puisque ce sont les 2 seules villes que j’ai pu visiter. Ah! C’est la réalité que j’ai pu en tirer…

Comme beaucoup d’européens (je suis français de par mon père et polonais de par ma mère, et je vis actuellement en Lettonie), j’avais des préjugés sur la Russie, et les miens étaient plutôt négatifs. En voici quelques-uns. Ce pays est dirigé par un seul homme depuis presque 20 ans : M. Poutine. Cet homme fait enfermer ses opposants en prison ce qui pourrait s’apparenter à une dictature. Puis il y a ce passé pas si lointain de la Russie oppresseur pendant l’époque de l’URSS. Et toutes les guerres dans lesquelles elle est impliquée : Ukraine, Géorgie, Tchétchénie, Syrie, etc. Concernant le peuple russe, je ne peux m’empêcher de penser à des personnes brutes, violentes et qui boivent de la vodka à longueur de temps. Ce cliché leur colle à la peau. Non clairement en général les français et les polonais n’ont pas une bonne image de la Russie. Seuls certains français en ont une bonne.  Un : globalement ceux qui sont anti-américains et pensent que seule la Russie est capable de tenir tête a cette puissance ultra capitaliste. Deux : ceux passionnés par la grandeur et richesse de la culture russe grâce à ses nombreux talents que sont notamment Tchaïkovski, Dostoïevski, Kandinsky, Pouchkine, Tolstoï, Gorki, Stravinsky … Pfiou y en a tellement !… Ah et j’allais oublier ! Trois : tous ceux aussi qui éprouvent une grande sympathie pour ces grandes et belles femmes russes blondes aux yeux bleues. Ah !

Très franchement, je pensais, notamment à cause des médias français qui n’écrivent que des choses négatives à propos de la Russie, que ce pays était resté bloqué dans les années 80, le temps où elle était encore “URSS”. Avec tout ce que cela implique : bâtiments tristes et moches dans lesquelles les personnes sont entassées, vieilles voitures Lada, routes complètement déglinguées etc. Bref un pays peu développé très différent de la culture française, avec des gens froids et peu ouverts. Imaginez un peu : beaucoup de personnes se sont faits du souci parce que je partais seul, dont ma mère, qui pensait vraiment que je ne reviendrai jamais… Ah !

Toutes ces images négatives … Et paradoxalement cette aura, cette puissance, cette influence que dégage ce pays dans le monde … Pourquoi ?! Je voulais voir ça de mes propres yeux…

Donc je suis arrivé à Moscou en avion. J’ai pris un bus pour aller dans le centre-ville. Premières difficultés qui sautent aux yeux : la plupart des gens ne parlent pas anglais (ou très mal) et tout est écrit en cyrillique. Heureusement, je parle un peu le polonais (langue très proche du russe) et j’ai appris l’alphabet cyrillique avant de partir. Finalement j’arrive dans mon auberge de jeunesse après avoir demandé de l’aide (en polonais) à de nombreuses personnes. Pas le temps de visiter la ville, il est déjà tard et je suis fatigué. Premières impressions : mon voyage ici va être compliqué… Le lendemain, je pars explorer la ville. Je comprends comment fonctionne le métro moscovite, étape essentielle. Et rassurante. Je découvre très rapidement que Moscou a tout l’air d’une ville européenne comme Berlin, Paris ou Londres. Je ne me sens pas dépaysé du tout. Tout est pareil : beaucoup de gens, des grands buildings, des grands boulevards, les mêmes magasins, beaucoup de bruit etc. Deux grandes différences quand même : ici la voiture est définitivement la reine (le trafic routier à Paris, c’est du pipi de chat à côté) et … cet alphabet ! Je mets environ 30 secondes pour tenter de déchiffrer un simple mot.

22137151_10213993548415451_8726779206723080104_o

Eglise sur la Place Rouge

 

Une question m’obsède : mais où sont ces gros blocks moches d’habitation soviétiques ? Ils sont quasi inexistants. Et pourtant j’en fais du kilomètre à pied ici ! 10 en moyenne par jour.. Une chose est sure : il y en a moins qu’en Pologne ou en Lettonie. Ils ont laissé ces bêtes en béton hideuses à leurs anciennes « colonies », me dis-je ! Ah les salauds !

Et les gens. Parlons-en ! Surprenants. Chaque jour. Et j’en rencontre tellement ! Tous sont très chaleureux, souriants, accueillants. Définitivement, ce n’est pas l’image que j’en avais. Au fur et à mesure des discussions (heureusement j’arrive à trouver des russes qui parlent anglais !), et après quelques verres de bière (non non, ils ne boivent pas autant de vodka qu’on le pense et ont de la bonne bière !) je commence à leur poser des questions importantes à mes yeux, sur leur situation : “est-ce que vous vous sentez libres?” “Bien sûr que oui! J’ai un travail, j’ai mes amis, je fais la fête. J’écoute la musique que je veux, je regarde les films que je veux. Bref je suis heureux”. “Et que pensez-vous de Poutine ?” Beaucoup d’entre eux me disent qu’ils s’en moquent, qu’ils ne suivent pas la politique et que ce qu’il fait n’impacte pas leur vie quotidienne. Mais ils admettent qu’ils ne vivent pas dans un pays démocratique. “Nous avons l’impression que nous ne pouvons rien faire à ce sujet. Tant pis, ça a toujours été comme ça et ça le restera pendant longtemps probablement.. Du moment que nous sommes heureux et que le gouvernement ne nous embête pas, cela nous convient”. “Oui mais vous savez, il a du sang sur les mains, avec toutes ces guerres, ces opposants au pouvoir qui disparaissent …”. Là, les avis divergent : “Tu sais, il nous faut un président fort, puissant. Et Poutine est l’homme qu’il nous faut. Autrement, la Russie s’éclaterait en plusieurs morceaux et ce serait certainement le chaos. Lui arrive tant bien que mal à faire perdurer une situation à peu près stable. La Russie est un très grand pays, nous avons d’un homme à la hauteur.” Et d’autres m’ont conté d’autres discours : “tu sais, c’est un sanguinaire. C’est sûr. Mais le pire c’est la corruption. Toutes ces choses très louches qui se passent, je n’en peux plus. Je suis absolument contre la politique du pays, c’est pour cette raison que je soutiens son opposant Alexei Navalny. Mais malheureusement il est envoyé en prison très régulièrement pour des excuses invraisemblables. Ainsi il ne peut pas se faire entendre. Mais de nombreuses vidéos circulent sur YouTube. C’est bien ce qu’il fait.” Et enfin, tous s’accordent sur un point : “tu sais, tu as beaucoup de chance d’être français. Nous en Russie, on adore la France et plus globalement l’Europe de l’Ouest. Vous avez une culture si riche, des paysages si beaux, une météo si clémente, et vous vivez dans des pays démocratiques”. Certains m’ont même avoué : “j’aimerais tellement vivre en Europe.. Je pense que je vais bientôt m’y installer, si je peux.” Pendant que d’autres me disent : “Par contre en Europe il y a trop d’homosexuels. C’est vraiment contre nature, nous ne comprenons pas ce phénomène de société. Tu sais qu’on vous surnomme gayropa?!”

Toutes ces discussions, j’ai pu les avoir dans les bars, dans mon auberge de jeunesse (où il n’y avait pas de touristes européens, mais des travailleurs biélorusses, ukrainiens ou russes), et avec une amie d’une amie qui m’a accueilli comme un roi. Il était prévu de passer juste une soirée ensemble. Finalement nous ne nous sommes pas quittés pendant 48h ! Elle m’a fait visiter les lieux insolites de Moscou que les touristes ne visitent pas et m’a même invité chez elle. Elle aurait pu ne pas le faire. Elle ne me connaissait pas. Et pourtant elle l’a fait. Cela paraissait naturel à ses yeux. Juste parce qu’elle était excitée à l’idée de montrer sa ville à un français tout en pratiquant son anglais ! Oxana, je te remercie 🙂

22255079_10213993562895813_2702050548794866961_o

Dans l’enceinte du Kremlin

 

Mon voyage de 5 jours à Moscou se termine. Je pars pour Saint Pétersbourg en train. 4h de trajet, siège hyper confortables. Ils te donnent même des chaussons pour te mettre à l’aise, préparent un tapis (rose) quand tu arrives dans le train et t’offrent un sandwich et des gâteaux. Ma foi, c’est assez classe ! Et qui je rencontre dans mon wagon à côté de moi ? Une babouchka russe parlant couramment français. Normal!

Arrivé à Saint-Pétersbourg, je me rends compte que cette ville fait encore plus européenne que Moscou. C’est pour ainsi dire une ville balte, une espèce de mix entre Riga, Tallin et Helsinki. Les gens ici sont plus froids, moins souriants, moins accueillants. Une odeur de déjà-vu, tiens. Et pourtant ils parlent beaucoup mieux anglais qu’à Moscou. Peut-être en ont-ils marre des touristes ? C’est vrai, il y en a partout. Même moi, en tant que touriste, j’en avais déjà assez en 5 jours de ces bêtes à clics, principalement chinois. Donc ici, malgré la beauté indéniable de Saint Pétersbourg (ses canaux, ses églises, le palais d’Hiver, la Perspective Nevsky et bien sûr Peterhof), je l’ai trouvé moins attractive que Moscou. Les 2 derniers jours furent même un peu difficiles, le fait de ne trouver personne à qui parler étant assez pesant.

Il y eut quand même une superbe rencontre qu’il faut que je vous compte. Ma colocataire m’a donné le contact d’une personne qu’elle connait à Saint Pétersbourg. Je lui envoie un message. Malheureusement, elle me répond qu’elle est partie en campagne pour deux semaines mais me dit qu’elle a un très bon ami qui parle français et qui serait ravi de me rencontrer. Je le contacte. Réponse positive ! Nous nous donnons rendez-vous sur la Perspective Nevsky sans trop savoir ce que je vais faire avec lui par la suite. “Si tu veux, on peut aller chez moi et après on ira à un concert”. “Ok, ça me va!”. Arrivé chez lui, je lui dis “oh tu vis avec beaucoup de colocs’ ! “ “Ah non non je vis avec ma famille. Tiens d’ailleurs voici ma mère.” Passées les salutations ordinaires, elle me propose du bortsch (soupe traditionnelle russe à la betterave). J’accepte avec plaisir mais je me dis que ces gens sont bien trop gentils de m’accueillir chez eux et me nourrir alors que je viens à peine de les rencontrer. S’en suivent des discussions très intéressantes à propos de la culture russe et française, cette mère de famille étant également philosophe. D’ailleurs, l’appartement est à peu près l’idée que je me faisais des intérieurs russes : en bazar total !  Des livres partout, des vieux objets dont je ne connais l’utilité, des tableaux, et un nécessaire coup de balai. « Mince il faut qu’on y aille ! ». Nous voilà partis pour un concert, enfin plutôt une jam session… Une drôle de jam session en fait, très expérimentale. Un chef d’orchestre fait jouer une dizaine de musiciens dont mon ami du soir. Ils improvisent des sons inhabituels. Un saxophoniste, au lieu de souffler dans son instrument tape dessus pour produire des sons, de même pour les flutistes. Tous ces gens utilisent leurs instruments, mais pas de façons conventionnelles. Très intéressants. A la fin du concert, mon ami atypique vient me voir parmi le public : “maintenant je dois rentrer chez moi”. Je l’accompagne donc chez lui et ensuite continue la soirée dans un pub irlandais comme on peut en voir partout. Là j’y rencontre un italien et deux sibériens (si si !).  On sympathise très vite et compare nos vies.  Intéressés, les barmen se mettent à discuter avec nous. Ensemble on met l’ambiance. Encore une soirée bien chaleureuse.

22135664_10213993648337949_3450500900716578992_o

Un des nombreux canal de Saint Petersbourg

 

Voilà, ainsi se termine mon voyage. La Russie a littéralement détruit tous mes préjugés. Elle est étonnante, chaleureuse, belle, propre et développée. Je rentre à Riga, triste de la quitter tant elle est surprenante. Mon point de vue à son égard est passé de plutôt négatif à très positif après l’avoir vu. Bon d’accord, j’ai probablement vu ses deux plus belles villes. Mais je vous invite à la visiter pour effacer tous les mauvais stéréotypes véhiculés entre autres par les medias, de discuter avec les locaux et de l’apprécier comme elle est. La Russie est un peu comme un pèlerinage à La Mecque pour un musulman : les européens doivent y aller pour mieux se comprendre. Malgré tout, je pense que les décisions politiques prises par ce gouvernement continueront à me rendre en colère, et c’est peu dire … !

Thomas

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s